LA FRANCE UNE CHANCE

800 repas solidaires, le quotidien de Metsens

Agir face à l’urgence COVID19Bouches du Rhône (13)

Déjà engagé au quotidien pour l’insertion et plus généralement le développement durable, Metsens montre un engagement fort et un grande capacité de résilience pendant cette crise. Le traiteur marseillais a monté en un temps record un formidable réseau qui lui permet de nourrir en pleine crise les personnes âgées et fragiles, les sans-abri…

Les temps sont durs pour les traiteurs. Bien avant que le confinement ne survienne, l’événementiel avait déjà réduit la voilure : commandes annulées, événements reportés aux calendes grecques, lorsque se retrouver autour d’une coupe de champagne ne vaudra pas aller simple vers l’hôpital. Pourtant chez Metsens, ça tourne à plein régime. L’entreprise marseillaise de traiteur, dirigée par Thomas Arnaud, cuisine quelque 800 repas chaque jour.

Au départ, nous avons été sollicités pour faire du portage de repas, à l'attention d'environ 200 personnes, par un CCAS, la mairie d'Allauch... La cuisine était ouverte, j'ai donc passé le message dans mon réseau que si une association avait besoin, nous étions là... L'effet boule de neige a été incroyable.
-Thomas Arnaud, Metsens

Car en l’espace de quatre jours à peine, c’est un étonnant dispositif qui s’est mis en place avec le Samu social et la Préfecture, qui leur a ouvert les portes de la Banque alimentaire de Bouches-du-Rhône. “Chaque matin, je passe à la Banque récupérer des produits, en général avec une date limite de consommation courte. Nous les cuisinons, ce qui représente un sacré challenge car nous faisons avec ce que nous avons, pour des publics différents, et en même temps, nous réalisons des plats un peu “signature”.

Les plats destinés au portage, eux, ne dépendent pas de la Banque alimentaire. Pour ces derniers, Thomas Arnaud faut marcher son réseau : “Il y a des artisans en difficulté avec leur stock, nous essayons de les aider. Par exemple, la fromagerie d’Allauch nous porte 100 fromages de chèvre tous les lundis.

Des activités qui sont loin de suffire à compenser les pertes de chiffre, puisque la plupart des repas sont facturés à prix coûtant. Thomas Arnaud ne cache pas son inquiétude, lui qui estime que la reprise se fera à l’automne prochain. Mais en attendant, le patron de Metsens se réjouit : “L’équipe est ravie d’avoir une raison de venir. Nourrir les plus démunis, c’est important, ça génère un bel élan de solidarité. Nous créons des liens avec la Banque alimentaire, le Samu social… C’est un cercle vertueux, qui permet de rire, sourire, de souder les gens qui s’entraident.

Alors METSENS, quelle est la recette de la solidarité ?

La réalisation et distribution de repas grâce aux équipes mobilisées et aux bénévoles engagés !
✔️ Distribution par le Samu Social: 15 000 Repas/mois
✔️ Distribution dans les hôtels: 9 000 Repas/mois
✔️ Communauté Comorienne: 1 000 Repas/mois
✔️ Distribution aux étudiants de l’Université Saint Jérôme: 700 Repas/mois
✔️ Distribution aux soignants de l’Hôpital Saint Joseph: 400 Repas/mois
✔️ Pour les Pompiers et Infirmières d’Allauch: 50 Repas

Agir face à l’urgence COVID19

Partager cette initiative

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp